Attention, cette image n’a pas été prise lors des manifestations qui ont eu lieu au Kenya en 2024.

Partager

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le 27 juin 2024, une photographie représentant un agent de police en train de frapper un homme au sol est devenue très populaire sur X, avec près de 800 000 visualisations et des milliers de réactions. Bien que cette image soit réelle, elle n’a pas été prise cette année-là.

Capture d’écran de la publication, prise le 04 juillet 2024.

La légende accompagnant cette photo, massivement retweetée, la décrit comme « la photo la plus troublante du Kenya (…) ». Cette photo a été retweetée plus de 7 000 fois sur X le 27 juin, soit deux jours après le début des manifestations contre une loi de finances [lien archivé ici]. La même image a également été partagée par plusieurs autres comptes, , comme ici et , toujours avec la même légende. [liens archivés ici : 1, 2].

Une photo du Kenya en 2016

L’utilisation de Google Lens nous a permis de retracer cette photographie sur différents sites internet remontant à l’année 2016.

Capture d’écran du site The Herald, prise le 04 juillet 2024.

Cet article, publié le 18 mai 2016 sur le site The Herald, relate que « la police tire des gaz lacrymogènes et arrête des manifestants au Kenya », titre-t-il en anglais. Le site indique qu’ « un policier anti-émeute kenyan donne à plusieurs reprises des coups de pied à un manifestant alors qu’il est allongé dans la rue après avoir trébuché en essayant de fuir, lors d’une manifestation dans le centre-ville de Nairobi. – AP (Associated Press) ». Cette photo a été prise par l’Agence de presse américaine en 2016. La marche avait été organisée dans le but de réclamer la dissolution de la Commission électorale indépendante, jugée partisane, dans le centre de Nairobi.

Cette fausse information a été diffusée à la suite des manifestations  qui se sont déroulées le 25 juin au Kenya. Le jour suivant, le président de la République a annoncé le retrait du projet de loi budgétaire à l’origine de ces « émeutes » qui ont entraîné la mort d’au moins 22 personnes selon la Commission nationale des droits de l’homme du Kenya (KNHRC).

Aly Diabaté

Partager

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Téléphone

Email