Comment repérer les faux communiqués : Quatre conseils indispensables

Partager

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les faux communiqués attribués à des personnalités, structures ou gouvernements sont l’un des moyens les plus utilisés pour désinformer. Dans cet article, nous allons vous donner quelques pistes afin d’éviter ces pièges à l’avenir.

L’exemple le plus récent de ce type de fausse information est le faux communiqué attribué au ministère des Affaires étrangères de l’Algérie. Ce faux communiqué prétendait que l’Algérie « condamnait l’armée malienne et la milice Wagner ». Cependant, cette information a été ultérieurement démentie par la diplomatie algérienne. De nombreux faux communiqués similaires ont circulé par le passé, tels qu’une lettre circulaire annonçant la fin de l’interdiction de la consommation de chicha au Mali, ou encore un communiqué annonçant le crash d’un avion de l’armée malienne. Tous ces communiqués sont évidemment faux.

https://twitter.com/Maiga2020t/status/1730760177693958562?s=20

Conseil N° 1 : Vérifier la source du communiqué

Lorsque vous rencontrez un communiqué sur les réseaux sociaux, vérifiez toujours la source officielle du communiqué. Les personnalités, ministères et organisations ont généralement un compte officiel et un site web. Si le communiqué n’est pas publié sur ces canaux officiels, il faut en douter. En cas de faux communiqué, les structures concernées démentiront généralement l’information. Par exemple, le ministère des affaires étrangères de l’Algérie a qualifié les informations de « fausses, dénuées de tout fondement et relevant de la pure manipulation ». Le faux communiqué indiquant le crash d’un avion de l’armée malienne a lui aussi été démenti sur la page du ministère de la sécurité et de la protection civile. De plus, les communiqués sur les opérations de l’armée malienne proviennent du chef d’État-major et sont publiés sur le site officiel de l’armée malienne.

Conseil N° 2 : Repérer les indices dans le communiqué

Le faux communiqué annonçant le crash de l’avion de l’armée malienne présente une erreur dans l’en-tête, où il est indiqué « Ministère de la Sécurité et de la Protection Sociale ». Cependant, au Mali, le ministère responsable est plutôt le « Ministère de la sécurité et de la protection civile ». De même, le communiqué attribué à la diplomatie algérienne mentionne « mae.gov.dz » comme adresse du site ministériel, alors que le site réel est « mfa.gov.dz » pour le Ministère des Affaires Étrangères et de la Communauté Nationale à l’Étranger. Ces fausses adresses contribuent à donner une certaine crédibilité à ces communiqués.

Conseil N° 3 : Analyser le format du communiqué

Le format du texte, les polices d’écriture et les fautes d’orthographe sont des aspects importants à prendre en compte pour repérer un faux communiqué. Par exemple, une lettre circulaire annonçant la fin de l’interdiction de la vente et de la consommation de la chicha présentait un texte illisible et non centré, contrairement aux vraies lettres circulaires.

Conseil N° 4 : Vérifier le numéro du communiqué

Les communiqués officiels sont généralement numérotés, ce qui permet de les répertorier et de vérifier leur authenticité. Si vous remarquez que le faux communiqué porte le même numéro qu’un communiqué précédent, il est possible qu’il ait été fabriqué à partir d’un communiqué officiel antérieur.

En conclusion, il est essentiel de prendre en compte le contexte de l’information et la crédibilité de la source. En suivant ces conseils, vous serez mieux armé pour identifier les faux communiqués et éviter de propager des informations erronées.

Aly DIABATE

Partager

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Téléphone

Email