Port obligatoire du casque : les populations se prononcent

Partager

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le gouvernement malien a annoncé des contrôles réguliers du port du casque sur l’ensemble du territoire. Il s’agit de contrôles routiers réguliers qui seront organisés sur le port du casque de protection à partir du 1er décembre 2022. Cette annonce a été faite par le ministère des Transports et des Infrastructures le lundi 24 octobre dernier à travers l’Agence Nationale de la Sécurité Routière (ANASER) qui a précisé qu’ils seront suivis de l’application effective de la réglementation le 1er janvier 2023.

Le port du casque est obligatoire pour les conducteurs d’engins à deux et trois roues motorisés, ainsi que leurs passagers, conformément aux dispositions du Code de la route, a tenu à rappeler le département en charge des Transports et des Infrastructures. Une décision qui, toutefois, reste diversement appréciée, car on se rappelle encore les anciens régimes qui ont tenté d’imposer vainement cette mesure cruciale.

L’Association des Blogueurs du Mali (ABM) a lancé une campagne de sensibilisation et d’information aux usagers. Elle a également entrepris de recueillir le point de vue des usagers sur la question.

Que pensent les usagers sur le port obligatoire du casque au Mali ?

Yacouba Koné, informaticien à Bamako affirme : « La décision prise par nos autorités est une bonne initiative, car le casque sauve des vies et protège la tête contre le traumatisme crânien en cas d’accident. Mais les autorités doivent tenir compte de la règlementation des coûts des casques, car le Malien aime profiter de chaque situation. Le casque que j’ai acheté en juin dernier à 12.000 FCFA est à 17.000 FCFA aujourd’hui, soit une augmentation de 5000 FCFA. Pensez-vous que si l’Etat parvient à fixer un prix favorable du casque, cela encouragerait les usagers à s’en procurer ? ».

Mamadou Coulibaly, un motocycliste à Bamako, explique : « Certes, le casque nous sauve, mais dans un pays où le prix du casque augmente de jour en jour, on veut nous imposer le port du casque pour quelle raison ? ».

Aïchata Keïta, étudiante en économie à Bamako déclare : « A mon avis, c’est une grande décision que je soutiens beaucoup. Je souhaiterais aussi que tout le monde respecte sa part de responsabilité en acceptant de porter le casque. Ainsi, de nombreuses vies seront épargnées ».

Sekou Konaté, résidant à Yorosso, enchaine : « Oui, nous sommes pour, car dans tout les pays du monde, le port du casque est obligatoire. Donc, il faut une sensibilisation avant de passer à la phase répressive. Portons nos caques, c’est pour notre bien ».

Almahadi Youssoufi, résident à Mopti affirmé : « Je crois que c’est une très bonne chose, tout le monde doit nécessairement porter son casque mais on doit aussi imposer les mesures aux vendeurs de motos qu’ils arrêtent de vendre les motos sans casques ».

Ousmane Traoré, étudiant en technologie textile au CERFITEX de Ségou déclare : « Le port du casque est non seulement nécessaire mais indispensable pour la sécurité des usagers de route, particulièrement les motocyclistes. Ça permet de réduire la probabilité de décès en cas d’accident. En bons citoyens et pour notre propre sécurité, nous devons aider l’État dans sa politique en portant des casques, car ce n’est que pour le bien-être de la population. Vivons pour rouler, mais ne roulons pas pour mourir ».

Abdoulaye Coulibaly, à Koutiala, dit qu’: « Il faut que le citoyen malien prenne conscience qu’il y a plus de morts par jour sur nos routes, surtout chez les deux-roues. Quand on sort de la maison, il faut tout faire pour y revenir en observant strictement des mesures de prudence. Donc, on doit respecter la décision de nos autorités parce que c’est pour notre bien ».

Mahamadou ISSIAKA

Partager

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Téléphone

Email