Sécurité intérieure : Des policiers troublent la quiétude des honnêtes populations .

Partager

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Ce lundi 19 du mois en cours, un ami et moi avons été fouillés comme des vulgaires délinquants à Bagadadji en face des cimetières de Niarela entre 16 heures et 17 heures.

Ayant été appelé pour une intervention technique informatique à Bagadadji au compte d’une société située dans le quartier en question, en compagnie d’un ami proche, enseignant de son état, on a été contraint de nous arrêter par des policiers opérant dans une Hilux aux couleurs de la police nationale, stoppant subitement notre engin à deux roues..

Aux premières impressions, nous avons pensé être en infraction. Au fur du temps nous nous sommes rendu compte que c’est pour autres choses.

Sans chercher à connaitre nos différentes identités, les policiers nous ont soumis à une fouille corporelle systématique  comme des vulgaires voleurs, en pensant que nous détenons quelque chose.

Certains usagers ont pu constater cette humiliation subit par des honnêtes populations au détriment des vrais délinquants qui sont connus et identifies par ces derniers.

Le policier ne s’est pas contenté de nous fouiller mais également il insiste que nous fassions des aveux sous la pression nous disant qu’il allait nous couvrir. Je lui ai fais savoir que je suis un informaticien et ma carte d’identité peut le prouver en plus un autre occupant le siège chauffeur du pick up n’attend qu’une confirmation car il ne doute pas de notre innocence.

Leur déception fut grande du fait qu’ils n’ont rien trouvé sur nous et n’avaient pas eu le choix que de nous laisser vaguer à nos occupations.

Sommes-nous dans un pays de droit où l’homme en tenue se permet de tout faire sans respecter les règles prévues par la loi ?

La justice n’est elle pas faite à tout le monde comme le stipule la constituions de 1992. Le Bon sens voudrait qu’ils nous saluent tout en se présentant et surtout nous dictent l’objectif pour lequel ils nous ont immobilisé

Le Ministre de la sécurité intérieure est interpellé en vue de mettre fin ces actes qui n’honorent pas ses hommes pour que les populations puissent circuler en paix, sans avoir à craindre les hommes et les femmes dévoués pour leur sécurité et leurs biens.

Dans mon propre pays, je me suis senti humilié comme si je vivais ailleurs qu’au Mali.

Loin de moi l’idée de ternir l’image de ma vaillante police, car ils existent des valeureux policiers qui font normalement leur job tout en respectant les populations dans l’exercice de leur fonction.

Je dis non au non respect de la personne humaine, non respect de la dignité humaine. Nous existons pour vous et vice versa.

Partager

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Téléphone

Email

Capture d’écran 2024-04-17 à 12.55.40
Une publication virale sur le réseau...

Par admin

17, April 2024